Hacking Back : “Comment braquer une banque”

:

Exproprier, redistribuer et faire sortir les fichiers des tranchées numériques

Localizations:

cloudfront.crimethinc.com/assets/articles/2019/11/17/header.jpg

Au milieu de la récente vague de luttes, de la Rojava et de la Catalogne à l’Équateur et au Chili, alors que la fumée qui plane sur la terre brûlée de l’Amazonie nous rappelle que la forêt tropicale est proche de son point de basculement, nous, au bureau de CrimethInc. Technology, vous présentons le dernier épisode des chroniques de HackBack.

Un fichier texte vient d’apparaître dans lequel son auteur explique comment et pourquoi elle a piraté une banque et donné l’argent. Résister à l’oppression nécessite une diversité de tactiques, et le front numérique est aussi important qu’un théâtre de conflits que la rue.

Une ode à l’expropriation

C’est mon moyen de raconter mes hacks, et d’inviter d’autres personnes à se rebeller joyeusement. […] J’ai volé une banque, et j’ai donné l’argent…

Ainsi commence le plus récent zine de hacker à apparaître sur internet. Dans ce fichier texte, la hackeuse anarchiste anciennement connu sous le nom de Phineas Fisher raconte le comment et le pourquoi de son braquage, il y a presque quatre ans, de la Cayman Bank and Trust Company (île de Man). Personne n’a été blessé dans cette action ; elle a été si furtive qu’elle a pu suivre l’enquête de la banque sur l’incident au cours des mois suivants.

Publié en espagnol - la langue de l’hacktivisme - “Un guide de bricolage pour voler des banques” est le dernier chapitre de la saga HackBack ! C’est à la fois un guide technique et un manifeste anarchiste. Elle souligne qu’elle ne cherche pas à attirer l’attention sur son personnage - elle montre seulement ce qu’elle a fait

pour montrer aux autres ce qui est possible, pour offrir de l’aide pour des tentatives similaires, et pour appeler à une large collaboration des hackers qui veulent contribuer à un changement social radical.

Le guide explique en profondeur pourquoi l’expropriation des riches ne peut être considérée comme un vol et pourquoi il est logique de redistribuer les richesses accumulées au fil des siècles d’exploitation. Le texte est ponctué d’un humour lié à la nouvelle signature du document : “Subcowmandante Marcos” - une allusion à l’ancien porte-parole littéraire de l’EZLN et à certaines vaches ASCII de la culture hacker.

Vous pouvez lire une traduction en anglais du zine ici. Vous pouvez accéder aux fuites brutes ici.

Cette histoire se arrive pour anniversaire opportun. Il y a un siècle cette année, le premier hold-up à motivation politique s’est produit en Amérique Latine, suite à la Semana Tragica en Argentine, lorsque la police, les soldats et les milices antisémites ont assassiné des centaines d’anarchistes et de juifs. Cette expropriation a ouvert une décennie au cours de laquelle les anarchistes ont mené des attaques contre des banques dans toute la région, en dépit de la répression extrême exercée par l’État. Aujourd’hui, à supposer que les précautions nécessaires soient prises, il reste difficile pour les États et les forces répressives de relier un vol de banque à ceux qui l’ont commis.

La poésie hacker : ce n’est pas seulement de l’ASCII art ! Lorsqu’ils sont collés dans un terminal, les caractères de l’étoile exécutent un programme qui va imprimer un manifeste très inspirant. Bien que vous devriez connaître votre OPSEC avant d’exécuter des déchets quelconques trouvés sur Internet dans le même ordinateur où vous conservez des données précieuses !

L’intimité pour les faibles, l’exposition pour les puissants

Le guide explique en détail l’intrusion initiale et la remontée des privilèges dans le système bancaire, et propose un cours accéléré sur la manière de naviguer dans les opérations internes du réseau SWIFT jusqu’à ce que l’argent puisse être transféré vers une banque, puis encaissé et converti anonymement en cryptomonnaie. Il renvoie également les lecteurs à un dépôt de données internes de la banque, défendant cette divulgation comme un moyen d’exposer ceux qui se trouvent au sommet des hiérarchies économiques, protégés par les privilèges d’un “système conçu pour leur profiter”.

Ils ressentent le “danger” que représente une banque offshore et ses clients avec beaucoup plus d’intensité que la misère de ceux qui sont dépossédés par ce système injuste et inégal.

Cette exposition n’est qu’un autre exemple des stratégies que nous pouvons suivre dans cette guerre inégale et continue. La même guerre que le président Sebastián Piñera a ouvertement reconnue, au nom de l’État et du capital, il y a quelques semaines.

Apprendre à pirater, pirater pour guérir

Selon le “Subcowmandante”, le piratage informatique n’a pas besoin d’être aussi sophistiqué que l’industrie de la sécurité et le milieu du renseignement veulent nous le faire croire. Le guide suggère que l’ingénierie sociale et l’hameçonnage, combinés à une certaine connaissance opérationnelle du piratage de fenêtres, devraient suffire pour nous faire pénétrer dans les réseaux de la plupart des entreprises. Pour renforcer cette idée, la publication démystifie la procédure qui a été utilisée pour réaliser le fameux piratage des coffres de la hacking team. “Vous n’avez pas besoin d’être un génie, je ne le suis certainement pas.” La persévérance et la détermination sont bien plus précieuses, insiste-t-elle.

Le zine souligne également l’importance de l’autosoin, un accent qui a été rare dans la culture prédominante des hackers jusqu’à présent, qui tend à être dominée par la bravade masculine, la vantardise, l’obsession et l’autodestruction.

Le hacking m’a fait me sentir vivant. Ça a commencé comme un moyen d’auto-médication pour la dépression. Plus tard, j’ai réalisé qu’en fait, il pouvait être utilisé pour faire quelque chose de positif […] mais si vous sentez qu’il alimente votre isolement, votre dépression, ou tout autre conflit lié à votre santé mentale, faites une pause.

Il est vraiment encourageant de voir une pirate informatique exprimer ses préoccupations concernant le bien-être mental et l’importance de cultiver un véritable lien humain avec les autres.

cloudfront.crimethinc.com/assets/articles/2019/11/17/2.png

Appel à tous les hackers

Certains des points de ce zine peuvent être controversés. Par exemple, l’approche pragmatique des crypto-monnaies : “elles sont plus proches d’une dystopie hyper-capitaliste que de l’économie sociale dont nous rêvons”, mais néanmoins, elles sont aujourd’hui considérées comme un moyen efficace d’échapper aux contrôles et de faire circuler l’argent réquisitionné.

Le texte se termine par l’annonce d’un “programme de prime aux bugs pour les hacktivistes”, dans lequel une partie des fonds expropriés est offerte en échange de fuites percutantes dans l’intérêt public. Une liste de cibles suggérées suit : les entreprises minières, forestières et d’élevage de bétail ; les entreprises attaquant Rojava ; les entreprises de surveillance, militaires et de prisons privées ; les lobbyistes d’entreprises… Ce ne sont pas seulement les piratages complets qui peuvent être récompensés, car un encadrement technique est également offert, et le piratage informatique traditionnel n’est pas le seul à être impliqué : l’accès physique, la pose de microphones et les écoutes de réseau sont parmi les moyens suggérés pour espionner les entreprises malveillantes dans un appel à poursuivre tout moyen pouvant aider les autres à obtenir un contrôle total sur un large éventail d’entreprises qui “nuisent aux populations et à la planète”.

Cet alter ego des Sub Marcos (ou, pourquoi pas, du révolutionnaire Snowden qui joue la nuit) veulent subvertir une industrie multimillionnaires qui soutient aujourd’hui la surveillance, la répression et l’extractivisme. Ce que nous lisons est un véritable appel aux armes adressé aux hackers du monde entier, les exhortant à exprimer leur amour pour un avenir alternatif, à déserter les rangs de ceux qui font du mal et à intensifier une offensive coordonnée contre le capital.

Nous sommes sûrs que les grands médias tenteront d’annuler et de déformer ce projet de piratage anarchiste. Mais nous savons aussi combien de force peut naître de la diversité de nos luttes. En paraphrasant les chants entendus dans les rues de Santiago pendant la révolte, nous espérons que “hackear, expropiar, otra forma de luchar “ (pirater, exproprier, et autre forme de lutte) sera également crié dans les nombreux recoins du net à partir de maintenant.